LE GREEN DATACENTER by PHOSPHORIS

Le Data Center basse consommation d’énergie

La réorganisation des équipements dans la salle permet de répartir les sources de chaleur et les productions de froid de façon à faire coïncider les besoins et les solutions de refroidissement.

En conséquence, des économies d’énergie ont été réalisées en diminuant les dépenses liées à la climatisation.

L’homogénéisation des températures de la salle a également d’autres avantages. En effet, si auparavant les températures pouvaient fortement varier d’un emplacement à un autre, elle est maintenant uniforme. De fait la température globale peut être augmentée sans danger.

Relever le régime eau glacé (qui n’a donc plus besoin d’être au minimum) permet des économies d’énergie de 3% par degré Celsius gagné. Au vu des consommations d’un Datacenter, les économies réalisées sont vite importantes.

L’augmentation de la température globale de la salle est aussi une aubaine pour le free-chilling, un concept de climatisation naturelle reposant sur la différence de température intérieure/exterieure.

Le Datacenter est aujourd’hui un très gros consommateur de climatisation: environ  20 000 kWh/m²/an (contre 50 kWh/m²/an pour un BEPOS). Voici ce que nous proposons:

Dans la ville du futur, la Data et l’IT sont au cœur des préoccupations et des sources d’innovation: si le Datacenter en est un élément central, il est également l’un des bâtiments les plus énergivores.

On constate que les salles historiques sont peu urbanisées et doivent accueillir de nouvelles générations d’infrastructure IT, ce qui engendre un réel risque de perte de la cohérence de la salle.

Deux conséquences majeures :

  • La présence de points chauds en salle et de points froids en bas des baies : températures en salle hétérogènes, perte de puissance froid utile, hausse de budget OPEX, …
  • La disparité de l’implantation et de l’urbanisation des équipements qui créent des difficultés d’exploitation, la génération d’incidents sur la production, …

 

Vue du logiciel 6sigma

La température en salle constitue un vrai levier de réduction budgétaire : en effet, la hausse de la température permet de moins solliciter le « système de climatisation», et de réduire les consommations électriques associées.

→ l’Homogénéisation des températures de salle en apportant une gestion des unités intérieures et des flux d’air frais.